Gaël Dupret

L’Humain est la source de mon travail photographique.
Pour moi la photo est un acte militant qui permet de faire
évoluer les consciences. A 5 ans 1/2 quand je fais ma
première pellicule, je prends conscience de la force
d’une photo et annonce à mes parents vouloir devenir
photographe de guerre.
A 8 ans je rêve de travailler pour l’AFP car c’est la
première agence de presse mondiale. Adolescent, je
suis pigiste à la République du Centre et François Guillot,
grand reporter à l’AFP me forme sur le cadrage pour
rendre plus dynamiques mes photos. Très rapidement, je
m’intéresse aux SDF et en 2014 je réalise ma première
exposition, collective, dont les ventes sont au profit d’une
association d’aide sociale qui maraude le samedi soir
à Paris.
Septembre 2017 mon travail sur la vie en Côte d’Ivoire
est récompensé par le Prix Photo Les Papillons décerné
par le Concours International de la Photographie de
Carpentras. Octobre 2017 démarre le projet RED
for Executive Women® - 100 portraits pour l’Egalité
Femmes - Hommes. Mai 2018, la ville de Gennevilliers
me donne carte blanche pour questionner en photo La
place des femmes dans l’espace urbain. En 2019 je
m’investis pour la défense du droit d’auteur et devient le
Président de l’UPP Ile de France (Union des Photographes
Professionnels & Auteurs). Je deviens le Parrain du Prix
photo Les Papillons.
Actuellement j’élargis mon travail à l’argentique et aux
procédés photographiques alternatifs. Je continue mon
travail de scènes de rue et oeuvre à la création de projets
complets pour les entreprises et les institutions.
Les photographes qui ont influencé mon regard sont
Gilles Caron, Robert Capa, Sebastião Salgado, Marc
Garanger, Henri Cartier-Bresson, Sabine Weiss et bien
sûr mon père Jean-Jacques Dupret.