Salon de la photo

Pablo BAQUEDANO

« Ardennes »

On ne se connaît pas. Enfin, on ne s’est pas encore rencontré en tête-à-tête. Mais sur sa photo de bio, Pablo a le visage d’un jeune premier au théâtre. Une belle « gueule » pour ce Toulousain de 28 ans. Et de la sensibilité aussi. Il a étudié durant trois ans la photographie à l’ETPA de Toulouse.
Très vite, l’humain est au cœur de ses choix. Sa série de portraits sur des couples en situation de handicap révèle tendresse et sentiment amoureux.
Et puis, Gilles Favier, directeur du festival Image Singulières à Sète, invité dans son école photo, lui propose de participer au projet « La France vue d’ici » qu’il a initié en collaboration avec Mediapart et qui sera révélé au complet au printemps 2017. Un nouvel horizon pour Pablo qui depuis trois ans travaille sur les Ardennes et ses habitants au rythme des saisons.

Éloge par Dimitri Beck - Polka Magazine

Ambiance d'un café de province Un billard, un comptoir avec des personnes âgées et un enfant
Pablo Baquenado-2

Les Ardennes. Le nom évoque une forêt noire et profonde. Le département traversé par la ligne Maginot. C’est dans ce coin reculé et oublié de France que Pablo Baquedano se rend depuis trois ans. De la poésie dans ses photos en noir et blanc. Une lueur au milieu de l’ennui. Mais aussi de l’insolite et de l’extra dans l’ordinaire. Entre chien et loup, le toulousain Pablo capte des éclats de lumières et de vie, où corps et visages brillent au milieu de toute une gamme de gris. Au fil des saisons, Pablo nous dévoile un pays pas si sombre. On entend les rires des enfants, la musique et les chansons des aînés. Les marteaux des métallos. Un récit photographique au long cours avec une forte dimension sociale. Ce travail s’inscrit dans le projet « La France vue d’ici », porté par le rendez-vous photographique Image Singulières à Sète et le journal en ligne Mediapart auquel Polka apporte son soutien.