Reflex ou hybride, quel appareil photo choisir ?

L’un comme l’autre disposent de nombreux réglages et peuvent surtout recevoir différents objectifs. S’ils sont parfois très proches en apparence, les reflex et les hybrides se distinguent en revanche par de nombreux points pratiques. Avant une visite au Salon de la Photo pour prendre en main ces matériels, découvrez leurs principes de fonctionnement.

Héritier direct du reflex argentique, le reflex numérique - que les anglophones appellent DSLR (Digital Single Lens Reflex) - en reprend la visée optique TTL (Though the lens), au travers de l’objectif, redressée grâce à un miroir et un pentaprisme. Cette conception impose au reflex d’utiliser des capteurs dédiés à l’analyse autofocus et à la mesure de lumière et de désactiver la visée le temps de l’obturation. Les reflex ont été les premiers modèles d’appareils photo numériques à objectifs interchangeables et existent toujours chez trois marques : Canon, Nikon et Pentax. Très appréciés des utilisateurs pour leur visée claire et fluide, les reflex possèdent à leur avantage une autonomie de batterie importante et de vastes gammes optiques comprenant même des modèles anciens ou d’occasion singuliers. Ces appareils sont aujourd’hui disponibles en deux tailles de capteurs, 24x36 mm ou APS-C, dont certains, de la marque Pentax, sont dotés de systèmes de stabilisation de capteur.

La relève des hybrides

Depuis près de quinze ans, une nouvelle catégorie d’appareils photo a fait son apparition. Ce sont les hybrides que les anglophones appellent mirrorless. Dépourvus de miroir, les hybrides ne peuvent offrir de visée optique TTL et reposent donc sur un système de visée électronique, via un écran à l’arrière ou via un viseur supplémentaire. Si la visée électronique est jugée moins confortable par certains utilisateurs, la définition et la réactivité croissante des dalles Oled en a tout de même amélioré les performances. Ils ont pour avantage une visée qui tient compte des paramètres d’exposition et de balance des blancs et affichent par conséquent l’image telle qu’elle sera capturée. Les mesures d’exposition et de mise au point étant réalisées directement sur le capteur de prise de vue, ces appareils ont en plus développé des fonctionnalités évoluées comme la détection des yeux des humains ou des animaux facilitant ainsi la réussir des images. S’ils ont dans un premier temps été baptisés « compacts à objectifs interchangeables » en français, leurs dimensions ne sont pas toujours aussi réduites qu’on l’imagine. Elles sont surtout fonction de la taille de leurs capteurs qui varie de 4/3"à 33x44 mm suivant les marques.

Comment choisir ?

Parce qu’ils bénéficient des dernières évolutions technologiques, les hybrides prennent une place de plus en plus grande dans le marché de la photographie. Ils sont plus adaptés à une pratique mixte en photo et en vidéo et les modèles les plus haut de gamme affichent des performances supérieures en rafale et des autofocus plus réactifs. Si investir dans un hybride semble donc plus judicieux, les reflex n’en sont pas moins dénués d’intérêt. Leurs capteurs, qui sont parfois les mêmes que ceux des hybrides, délivrent une très belle qualité d’image et leurs gammes optiques sont vastes et surtout très fournies en modèles d’occasion. Sachant qu’un bon boîtier ne vaut rien sans un objectif de haut niveau, l’accessibilité de zooms ou de focales fixes à grande ouverture peut faire pencher la balance.

Ces différents matériels seront visibles au Salon de la Photo sur les stands des fabricants de boîtiers et d’objectifs. Préparez votre visite en consultant la liste des exposants et en téléchargeant votre badge. Le Salon de la Photo se tiendra du 6 au 9 octobre à la Grande Halle de la Villette à Paris.