William Dupuy

"

Je suis né en 1972 à Albi dans le Tarn, mon pére était peintre
en bâtiment et ma mère femme au foyer. 1982, après la mort
accidentelle de mon père, tout bascule. J’ai du mal à trouver ma
place au sein du système scolaire. Ma mère n’a pas d’autre solution
que de m’envoyer dans un pensionnat pour « enfants en difficulté ».
Là-bas, dans un labo hors du temps, je découvre la photographie.
Au départ, il s’agit simplement d’un moyen de passer des aprèsmidis
dans le noir et d’échapper aux corvées. Très vite, cela devient
un formidable moyen de réinsertion. J’ai 14 ans. Et j’arrête enfin
de me regarder le nombril pour commencer à photographier mon
entourage.
Marqué par les reportages de Jane Evelyn Atwood, je photographie
une société bien ancrée dans le reel. Profondément attaché à
l’Afrique, c’est dans les années 90 que je découvre le travail de
Pascal Maitre à Visa pour l’Image. Ce n’est qu‘en 2001 que je
foule pour la première fois le continent. Au fil des années, je me
confronte à une réalité brute : l’immigration clandestine au Sénégal,
la répression militaire des Ultras d’Ahlawy au Caire, la lutte contre
la désertification au Sahel, la réinsertion des enfants-soldats en
République Démocratique du Congo… Chaque fois, mon regard
laisse une grande place à l’optimisme et met l’humain au centre
des solutions.
Mon premier livre, Terre de foot, édité par Canal Plus, fait découvrir
toute la puissance du ballon rond et son rôle sociétal en Afrique.
En 2016, je gagne la médaille d’or au festival Sportfolio pour un
reportage : Boxe au Congo : une vie de combat mettant en lumière
un ancien enfant soldat devenu champion de Boxe.
Je collabore régulièrement avec la presse nationale et internationale."