Philippe Chancel

Philippe Chancel est né en 1959 à Issy-les-Moulineaux, il vit et
travaille à Paris. Initié très jeune à la photographie, il étudie les
sciences économiques à l’université de Nanterre et le journalisme
à Paris. Depuis plus de 20 ans, il poursuit une expérience
photographique complexe entre art, documentaire et journalisme,
un travail en constante évolution sur le statut des images dans le
monde contemporain.
Ses débuts dans le photojournalisme sont marqués par des
reportages dans les ex-pays soviétiques. Il affiche progressivement
une nouvelle approche de la photographie documentaire, en
particulier avec son travail sur le monde de l’art contemporain, qui
fait l’objet de plusieurs ouvrages. DPRK, sa vision de la Corée du
Nord, est montré pour la première fois aux Rencontres d’Arles en
2006. DPRK fait l’objet d’un livre aux éditions Thames & Hudson, ce
qui lui vaut le début d’une reconnaissance internationale. Emirates
Project est présenté pour la première fois à la 53e Biennale de
Venise (pavillon d’Abou Dhabi), puis à l’exposition Dreamlands au
Centre Pompidou en 2010. D’autres expositions suivent à travers le
monde. Philippe Chancel est finaliste du Prix Pictet 2012 pour son
travail Fukushima: The Irresistible Power of Nature. Il expose aux
Rencontres d’Arles 2013 son travail sur les mineurs de platine en
Afrique du Sud. En 2014, il est nominé pour le premier prix Elysée
et lauréat de la dotation du festival photoreporter en baie de Saint-
Brieuc. En 2017,pour sa deuxième édition, il se voit attribué le prix
Fidal de la photographie documentaire. En 2019, Les Rencontres
d’Arles exposent Le chaos du Monde : DATAZONE.
Ses oeuvres sont présentes dans de nombreuses collections
publiques et privées, et il poursuit un travail de commande pour de
grandes institutions culturelles en France et à l’international.