Les ateliers

Publié le par Dalanda Bah - mis à jour le

Le Salon de la Photo propose 3 formations ou ateliers pour apprendre des meilleurs experts !
La street photography, le portrait ou la photographie d’architecture vous intéresse ?
Sur le salon, 6 sessions de formations de 3 heures vous sont proposées, véritable concentré de conseils et pratique animées par 3 professionnels de renom :

  • Pierre-Anthony Allard (photo de studio et portrait), 
  • Jean-Christophe Bechet (street photo),
  • Jean-Christophe Ballot (photo d’architecture)

Le nombre de participants est limité à 12 personnes par atelier.
Un format en effectif réduit pour un apprentissage plus profitable.
La participation est payante :
- Ateliers Street et Architecture : 90 € TTC / session de 3 heures
- Atelier Portrait : 150 € TTC / session de 3 heures

Une visite du studio Picto (Paris 11ème) est également proposée, les jeudi et vendredi matin à 10h. Descriptif de la visite ci-dessous.

FOCUS SUR LES ATELIERS :

 

ATELIER STUDIO ET PORTRAIT AVEC PIERRE-ANTHONY ALLARD

Inscrivez-vous

Lieu : Studio n°7, Salon de la Photo, Grande Halle de la Villette
Equipement : apporter son appareil photo

Passez 3 heures avec l’un des maîtres de la lumière de cinéma et le portrait. Ce stage permet une introduction à un savoir-faire accumulé pendant de nombreuses années passées à immortaliser les personnalités françaises et internationales sur pellicule.
Le stage comprendra :
- Une introduction sur les outils du cinéma.
- Une rencontre entre la lumière du jour de Vermeer et le clair-obscur de Rembrandt. Deux maîtres du XVII siècle.
- Des extraits de films mythiques. Arrêts sur images pour comprendre l’éclairage. La règle des 3 points.
- Des prises de vues en lumière continue sur plateau avec projecteurs Fresnel.

Chaque intervenant réalise une image en tant que « photographe » et « modèle.

Découvrir le travail de Pierre-Anthony Allard

ATELIER STREET PHOTOGRAPHY (PHOTOGRAPHIE DE RUE) AVEC JEAN-CHRISTOPHE BECHET

Inscrivez-vous

  • Vendredi 7 octobre : 10h30 à 13h30 : COMPLET
  • Samedi 8 octobre : 10h30 à 13h30 : COMPLET

Lieu : Studio n°7, Salon de la Photo, Grande Halle de la Villette
Equipement : apporter son appareil photo et une clé USB chargée de quelques exemples de vos photos.

La photographie de rue ou « Street Photography » est l’un des genres majeurs de la photographie. Beaucoup de débutants sont tentés par cette thématique qui peut se pratiquer au quotidien. Mais beaucoup ne savent pas comment s’y prendre, comment lutter contre leur timidité ou résoudre les problèmes techniques propres à cet exercice. Cet atelier, qui s’appuiera en partie sur la culture photographique, essaiera de donner quelques bons réflexes pour s’attaquer à ce thème.
Trois axes seront particulièrement développés :

  • Apprendre à lire la lumière
  • Savoir bien se placer
  • Trouver son style et sa façon de photographier dans l’espace urbain.

Dans les alentours de la Grande Halle de la Villette, (le parc, le canal de l’Ourcq…) les stagiaires pourront expérimenter ce genre photographique sous l’œil expert de Jean-Christophe Béchet.

Découvrir le travail de Jean-Christophe Béchet

ATELIER PHOTOGRAPHIE D’ARCHITECTURE AVEC JEAN-CHRISTOPHE BALLOT

Inscrivez-vous  

Lieu : Studio n°7, Salon de la Photo, Grande Halle de la Villette et à l’extérieur dans le parc de la Villette. Sujets intérieurs ou extérieurs selon la météo.
Equipement : apporter son appareil photo

Le Salon de la Photo propose avec Jean-Christophe Ballot un atelier de trois heures de pratique et de théorie autour de la photographie d’architecture. Les participants auront la possibilité de découvrir ou approfondir la relation de l’objet architectural avec le paysage et son inscription dans la ville.
Avec le parc de la Villette comme fond de scène Jean-Christophe Ballot partagera son expérience et savoir-faire dans les prises de vues de monuments et paysages urbains soit à la chambre soit avec réflex ou hybride.

Découvrir le travail de Jean-Christophe Ballot ainsi que sa page Wikipédia.

VISITE DU LABORATOIRE EMBLEMATIQUE PICTO

Inscrivez-vous

Situé dans le 11ème arrondissement de Paris, le Laboratoire PICTO vous ouvre ses portes pour une visite exceptionnelle qui vous permettra d’approcher au plus près du savoir-faire du plus ancien laboratoire photographique de Paris.
Déroulé de la visite :
• Présentation du laboratoire par Victor Gassmann et découverte du nouvel espace showroom de PICTO
• Visite de l’atelier noir et blanc argentique à l’agrandisseur
• Visite de l’atelier Filippo, ou comment le numérique a pu faire revivre des procédés anciens
• Visite de l’atelier tirage pigmentaire (numérique)

Horaires des visites :
- jeudi 6 octobre à 10H
- vendredi 7 octobre à 10H

Un tirage offert : Tirage pigmentaire 30 x 40 cm réalisé à partir d’un fichier qui devra être amené par la personne au moment de la visite.
Pour participer à une visite : Victor retrouvera les participants dans la cour de Picto Bastille au 53 Bis Rue de la Roquette à 10 heures.
Nombre de places limitées à 12 personnes, inscription payante : 40 € TTC /personne

Rendez-vous avec les maîtres de la photo

PIERRE-ANTHONY ALLARD

Concepteur lumière, photographe, âme et directeur artistique du studio Harcourt   de 1993 à 2007, Pierre Anthony Allard, né à Chicago, a fait renaître de ses cendres ce lieu mythique. Il est sollicité dans    le monde entier pour mettre en pratique sa science de la lumière entrant dans l’intimité de ceux qui font l’actualité : Prix Nobel, chefs d’Etat, chanteurs, sportifs, célébrités de tous horizons.

Photographe philosophe, il a fait sienne cette phrase d’Henri Cartier- Bresson: « Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. »

Pierre-Anthony Allard jongle avec un savoirfaire de directeur photo de cinéma, aussi bien avec la lumière du jour qu’avec la lumière recréée. Dans la lumière artificielle, il excelle à rendre les scènes « dramatiques », théâtrales, simples ou allégoriques. Il s’adapte à l’émotion dégagée, pour la magnifier. Il utilise un œil de peintre, et une palette de clairs obscurs à l’ancienne, pour être pionnier dans cette mise en scène si subtile qu’est la lumière.

« Je suis photographe depuis que j’ai découvert le Cinéma Américain des années trente. Le pays des premiers «Directeurs de la Photographie», magiciens de la fameuse «Lumière» en modelé. Je suis un tailleur de lumière, un façonneur du «bon profil» Mon but est de rendre photogénique tout ceux qui passent sous mes projecteurs avec harmonie et élégance.

Un portraitiste est un photographe qui dirige la personnalité qu'il doit mettre en « Lumière », induire son modèle à révéler son inconscient. Il doit lui donner pleine confiance à travers sa détermination ».

JEAN-CHRISTOPHE BECHET

Né en 1964 à Marseille, Jean-Christophe Béchet vit et travaille depuis 1990 à Paris.
Mêlant noir et blanc et couleur, argentique et numérique, 24x 36 et moyen format, polaroids et “accidents” photographiques, Jean-Christophe Béchet cherche pour chaque projet le “bon outil”, celui qui lui permettra de faire dialoguer de façon pertinente une interprétation du réel et une matière photographique.

Son travail photographique se développe dans deux directions qui se croisent et se répondent en permanence. Ainsi d’un côté son approche du réel le rend proche d’une forme de « documentaire poétique » avec un intérêt permanent pour la “photo de rue” et les architectures urbaines.  Il parle alors de ses photographies comme de PAYSAGES HABITÉS.
En parallèle, il développe depuis plus de quinze ans une recherche sur la matière photographique et la spécificité du médium, en argentique comme en numérique.  

Depuis 20 ans, ce double regard sur le monde se construit livre par livre, l’espace de la page imprimée étant son terrain d’expression “naturel”. Il est ainsi l’auteur de plus de 20 livres monographiques.
Ses photographies sont aussi présentes dans plusieurs collections privées et publiques et elles ont été montrées dans plus de soixante expositions, notamment aux Rencontres d’Arles 2006 (série « Politiques Urbaines ») et 2012 (série « Accidents ») et aux Mois de la Photo à Paris, en 2006, 2008 et 2017.

Monographies 

2022 : Macadam Color Street Photo  / éditions Loco
2021 : Frenchtown # 3 : Saint-Brieuc / éditions Le Pas du Trem
2021: URSS Été 1991 (chroniques de fin d’empire)  / éditions Loco
2021 : Frenchtown # 2 : Port-de-Bouc / éditions Le Pas du Trem
2019 : Habana Song / éditions Loco
2019 : Frenchtown #1 : Corbeil-Essonnes / éditions Le Pas du Trem
2018 : Carnets # 10 : Eureka USA / éditions Trans Photographic Press
2018 : Carnets # 9 : Petits Paysages Américains/ éditions Trans Photographic Press
2018 : Carnets # 8 : American Animals/ éditions Trans Photographic Press
2016 : European Puzzle / éditions Loco
2016 : Influences/ éditions de la Martinière
2015 : Carnets # 7 : Gunung / éditions Trans Photographic Press
2015 : Carnets # 6 : 72,03 % / éditions Trans Photographic Press
2014 : Orlando (This is not a Map… ) / Editions Poetry Wanted
2013 : Marseille, Ville Natale (une autobiographie) / éditions Trans Photographic Press
2012 : Carnets # 5 : Minéral (Altitude) / éditions Trans Photographic Press
2012 : Carnets # 4 : Tombouctou, peut-être…  / éditions Trans Photographic Pres
2011 : American Puzzle  / éditions Trans Photographic Press
2010 : Carnets # 3 : Discontinué…  / éditions Trans Photographic Press
2008 : Carnets # 2 : Climats (éditions Trans Photographic Press
2008 : Carnets # 1 : Noir Vertical  / éditions Trans Photographic Press
2006 : Vues n°0, un manifeste photographique / éditions Trans Photographic Press
2005 : Tokyo Station  / éditions Trans Photographic Press
2004 : Sax, Sex, 23h  / éditions Filigranes
2002 : Electric’ cités  / éditions Marval

JEAN-CHRISTOPHE BALLOT

Jean-Christophe Ballot vit et travaille à Paris. Il partage son temps entre la photographie et les films documentaires.

Architecte DPLG, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, diplômé de la FEMIS et ancien pensionnaire de la Villa Médicis, ses œuvres figurent dans les collections de nombreux musées : Metropolitan Museum of Art, New York / Musée du Louvre / Fonds national d’art contemporain / Centre Pompidou / Maison Européenne de la photographie / Musée Carnavalet, Paris / Bibliothèque nationale de France…

L’ensemble de son travail est orienté sur l’espace : celui des villes, avec le paysage urbain et l’architecture, celui des ports, des espaces limités, des lieux de mémoire, des lieux spirituels, celui des paysages naturels et des jardins, celui des sites lapidaires et archéologiques… Il recherche le temps suspendu et revendique une photo contemplative.

Quelque mots sur le travail de Jean-Christophe Ballot

« Diplômé d'architecture, cinéaste et photographe, Ballot travaille à la chambre, ce qui l'oblige à s'installer davantage dans le décor. Il opte pour une frontalité qui privilégie la forme brute de l'architecture, et souligne ainsi le chaos des villes où les signes urbains se confrontent. Acteurs de la composition, les bâtiments sont les révélateurs de la théâtralité des lieux et de leur mémoire. » Pascal Hoël, Une collection, maison européenne de la photographie, éditions Actes Sud, Arles, 2015, 

« "L'architecture est le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière."

Ce pourrait être une définition pertinente de son travail sur l'île Seguin et plus généralement de son approche de tout espace à construire visuellement, et de son questionnement sur la nature d'un "lieu". Il y a presque toujours chez lui une aspiration, une inspiration même, vers la clarté ; la recherche d'une bouche de lumière venant éclairer (sens et sensibilité) l'ensemble d'une composition. (...) Ce que Jean-Christophe Ballot a constitué n'appartient qu'à lui. D'autres figures étaient possibles et d'autres, qui sont passés aux mêmes endroits, ont vu différemment ou peut- être n'ont pas vu. Cette différence, c'est la grâce et le talent.» François Barré,Ile Seguin, paysage avec figures absentes, catalogue Espace Landowski, Boulogne-Billancourt, 2007.

"Jean-Christophe Ballot nous parle d'un état de civilisation, d'un mode de vie, d'une façon d'être, mieux que cent traités d'urbanisme, de sociologie et d'anthropologie réunis. Car ces habitations, comme tout ce qui constitue le paysage, sont des produits de l'homme, de son activité. Comme tels, ils constituent des signes, un ensemble de signes, la forme en creux de l'homme. " 

 

Guy Mandéry, préface du catalogueSahel-Cappadoce, éditions Essegi, Ravennes, 1992.