Le Salon de la Photo,
partenaire du Mois de la Photo

Bruno MERCIER

Bruno MERCIER

Bruno MERCIER

Cette série photographique interroge la perception que nous avons du monde, notre rapport à ce que nous appelons « la réalité ».
C'est un voyage sensible au bord de l'univers, à la frontière du réel. Comme si le temps s'était assoupi dans cet espace intercalaire infini. Une seconde suspendue, semblable à la parcelle d'éternité entre deux notes de musique. Là où tout est possible, où les objets inanimés révèlent leur âme et prennent vie.
Alors, on reste là, les yeux clos, l'esprit bien ouvert sur ce qui palpite à cette frontière du monde où nos certitudes se disloquent et s'éparpillent... se métamorphosent. 

Portrait de l'artiste

Photographe d'art, né en 1962, Bruno Mercier vit et travaille à Carteret sur la presqu'ïle du Cotentin, où il a ouvert un Atelier-Galerie, « De Lumière et de Vent », pour présenter ses travaux. 
Auteur de nombreux ouvrages personnels et collectifs il travaille actuellement sur une trilogie consacrée à la Mémoire dont le premier chapitre, « Blind Memory, des Objets de Mémoire » a paru en 2014 aux Editions Magellan & Cie et a donné lieu à des expositions en France et aux Pays Bas dans le cadre des Commémorations Officielles du Débarquement et de la Libération.
Bruno Mercier est représenté à l'international par l'Agence britannique Lensmodern. 
"Je viens du monde de l'illustration, j'ai toujours éprouvé une grande admiration pour le travail des graveurs du XIXe et celui des illustrateurs américains comme Bernie Wrightson. Je me revois hachurer le blanc de mon papier à dessin de ma plume anglaise mouillée de cette encre noire et profonde. Déjà le noir et blanc, les paysages tourmentés, bousculés par les éléments, la recherche du mouvement dans les formes et les lignes habitaient mes travaux. 
La lumière, le mouvement et les ambiances puissantes qui laissent libre cours à l'imaginaire sont les thèmes dominants de mes photos. J'aime par-dessus tout composer mes images en jouant avec les rythmes et les lignes qui s'offrent à mon regard…
Mes photographies sont le reflet de mes sentiments, de mes émotions et par conséquent la perception subjective de ce qui m'environne.
Car je ne vois pas la photographie comme un art destiné à proposer une simple reproduction du monde, copie imparfaite car figée et incomplète…
De fait, je ne suis pas un photographe du réel et si je témoigne, c'est à travers mes propres filtres. Mon but est d'offrir une interprétation artistique du monde, un sentiment propre à enflammer l'imaginaire. 
Et si l'esthétique a son importance dans mon travail, mon objectif n'est pas la production d'images juste décoratives mais plutôt le désir d'une émotion partagée." 

Découvrez les autres lauréats des Zooms 2015 du Salon de la Photo 2015

Votez pour les lauréats des Zooms 2015 du Salon de la Photo 2015