Le Salon de la Photo,
partenaire du Mois de la Photo

Ljubisa Danilovic

©Ljubisa Danilovic (7)

Ljubisa Danilovic

"Par mes photographies, je souhaite ouvrir les portes d’un monde onirique, suggéré par la solitude, le désert démographique, la rudesse du climat. Une région du monde peuplée d’animaux étranges, de paysages vides où l’homme n’est souvent qu’une apparition fantomatique » Pourquoi je défends Ljubisa Danilovic ? La réponse est contenue dans cette phrase. Par sa capacité à nous emporter dans une fiction photographique portée par un souffle puissant et monochrome. Cette fiction s’appelle « le désert russe » et c’est une série issue d’un travail de longue haleine étalée sur plusieurs hivers, où ce photographe de 39 ans, équipé d’un seul 35mm sur son Leica, a traversé la Russie à trois reprises, de St Petersbourg à Vladivostok, sur la ligne mythique du Transsibérien. Le froid (jusqu’à -40°), la neige, les ombres des arbres, les silhouettes furtives de rares habitants égarés nous transportent dans un conte, entre le monologue intérieur et le rêve éveillé. Laissez-vous emporter par sa poésie… "

Sylvie Hugues
Rédactrice en chef Réponses Photo

 

Portrait de l'artiste

Ljubisa - ça se prononce “Lioubicha” - Danilovic vit en France depuis toujours. Il est né à Paris en 1974, il est marié, père de deux enfants et partage son temps entre la photographie et le cinéma. En parallèle de son travail de photojournaliste, il a réalisé des films documentaires pour les Petits Frères des Pauvres, l’Unafo, la fondation Abbé Pierre… fondation pour laquelle il est photographe sous contrat. Avant d’être indépendant, il a été pigiste à l’agence Boomerang (Patrick Chauvel) et à Gamma. En 2003, les éditions Alternatives lui ont confié l’illustration d’un de leurs ouvrages de la série « Avoir 20 ans », sur la jeunesse à Belgrade. En 2007, il figure parmi les finalistes du prix Leica Oscar Barnack et, en 2012, il remporte la Bourse du festival Chroniques Nomades/Caisse d’Epargne. Il est également formateur et a animé des ateliers de photo où il apprend aux jeunes à « écrire avec la lumière ». Il est actuellement en voyage dans l’Europe de l’Est afin de mener à bien un projet de livre numérique interactif - Georgia - mêlant photographies et
vidéo.